Une bien curieuse écriture

Une bien curieuse écriture

Alors que je suis sur le point de terminer le manuscrit du tome 2 de La Quête du Temps, je prends conscience que le chemin que j’emprunte pour écrire est – comment dirais-je ? – un brin tortueux!

Comment vous représentez-vous la manière dont un auteur écrit son roman ?

Voici la réponse attendue : il commence par rédiger le premier chapitre, puis lorsqu’il l’a fini, il entame le second, avant de passer au troisième… et ainsi de suite. Les pages se suivent et s’enchaînent les unes après les autres jusqu’à ce qu’il pose enfin sur son histoire le mot : « fin ». Cela semble, somme toute, assez logique, n’est-ce pas ?

Et bien chez moi, cela ne fonctionne pas ainsi. Peut-être est-ce dû à l’inspiration, qui est différente chez chacun de nous ? En effet, comme je l’ai déjà expliqué dans d’autres articles, les scènes, les dialogues, les décors, les réactions des personnages de mon histoire, tout cela vit en moi, comme si la scène se déroulait et vibrait au plus profond de mon être.

Pour imager la chose,

je porte en moi, emmêlés cela va sans dire,

tous les morceaux du grand puzzle de ma saga.

Et soudain, une pièce attire mon attention…

Dans ce maelström de moments narratifs, de dialogues plus ou moins houleux ou de descriptions précises qui tourbillonnent dans ma mémoire, un passage émerge tout à coup, m’agrippe le cœur et me susurre avec une force proprement stupéfiante :

« Eh ! Ecris-moi ! C’est mon tour à présent ! Je suis prêt à prendre forme ! » Il s’agit de LA scène du jour, celle que je dois absolument écrire, je le sens ! Celle dont je dois accoucher aujourd’hui et pas une autre fois, sous peine de perdre à jamais les mots qui se bousculent déjà dans ma tête…

Alors que puis-je faire d’autre sinon suivre mon envie, mon intuition ? Faisant fi de la raison qui m’explique, consternée, que je dois reprendre là où je m’étais arrêtée la veille, je me laisse emporter par cet appel poignant. Sans respecter le moins du monde le plan de mon histoire, je me lance dans l’écriture d’un nouveau chapitre, parfois très éloigné du précédent.

Je m’ouvre à ce que je ressens et les mots s’écoulent sans effort, comme par magie, au bout de mes doigts. Je lâche la bride à mon imagination, et le décor apparaît… Les sons, les odeurs, les gestes, les pensées… tout est là, tout coule de source.

Une nouvelle pièce du grand puzzle se met en place.

Mais… cela devient très complexe tout ça, me direz-vous ! Comment retrouver le fil conducteur du roman en travaillant de manière aussi fragmentée ? Pas de panique ! Tout est dans ma tête, inscrit depuis longtemps déjà. Peu importe que je prenne l’histoire par un bout ou par un autre, car je sais exactement où je vais, où je souhaite entraîner mes lecteurs. Je n’ai donc pas peur de me perdre en cours de route, puisque mon itinéraire ne m’est pas inconnu.

Et ensuite ?

Une fois les scènes les plus puissantes posées sur le manuscrit, une première phase d’organisation s’impose. Je dresse alors le plan du roman, chapitre par chapitre. J’assemble les différents morceaux de mon puzzle-fiction et peu à peu, je comble les espaces vides en écrivant les passages qui manquent encore à l’appel.

On pourrait penser que, désormais, je vais suivre un ordre chronologique pour combler les trous de ma narration. Il n’en est rien ! Encore une fois, l’inspiration me pousse sur tel ou tel passage, sans que je puisse rien y changer… les dernières pièces s’emboîtent parfaitement à l’ensemble, mais de manière désordonnée.

Oh ! J’ai bien tenté de respecter une certaine logique cependant… lorsque ma raison l’emporte sur mes envies, la qualité de mes textes est loin de me satisfaire ! Alors, je m’incline devant la curieuse manière que j’ai d’écrire. Et au final, l’image que j’ai vaillamment composée par petites touches correspond tout à fait au modèle que j’avais en tête.

Le puzzle est complet ! Il ne me reste plus, après quelques relectures et corrections, qu’à soumettre mon roman à mes lecteurs…

 

Retour à la liste des articles

Je dédie ce site à tous mes lecteurs ou non-lecteurs, à tous les curieux, aux gens de passage, ainsi qu'à tous ceux qui aiment l'aventure.