Les Rêves

Certains personnages de La Quête du Temps font des rêves énigmatiques. Quel sens donner à leurs songes ?

Extraits de  La Quête du Temps – Temps 1 : Errances.

long nuage horizontal avec des ramifications qui s'étirent vers les hauteursElle flotte. Elle n’a aucune conscience de son corps. Elle se sent légère, détachée, libre. Existe-t-elle encore ? Elle ne le sait pas.
Un mur. Un mur fait d’énormes blocs de pierre blanche et dure. Infranchissable. Aucune issue, ni à droite, ni à gauche. Impossible à escalader. Impossible à contourner. Un mur sans commencement ni fin. Très haut. Trop haut.extrémité d'un glacier en forme de mur de glace  crenelé
roche rouge et grise aux formes tourmentées, plissées, casséesLe sol se met alors à osciller lentement. Un grondement sourd et profond s’échappe de la terre. Le son s’amplifie et envahit tout l’espace. 	Dans d’inquiétants craquements, le tremblement devient plus fort et perceptible aux humains.
mer grise tachetée de lumière blanche sous un ciel aveuglantTout est blanc, lumineux, trop lumineux. La lumière fait mal, même avec les yeux fermés.
Sur la terre nue, il ne reste plus rien. Aucune trace de vie passée ou à venir.roche nue et plissée laissant deviner comme des empreintes de cavités oculaires
paroi rocheuse avec une tache noire comme fondue dans la matièreElle tâte le mur, cherchant une prise dans les interstices entre les blocs pour entamer son ascension. Rien. Rien qu’un mur lisse… et vivant. Elle sent la roche pulser au rythme d’un cœur à l’agonie. Irrégulier et faible.
gros plan de mousse sur fond noirLes pieds nus dans la prairie, elle embrasse des yeux les couleurs des fleurs printanières. L’herbe légèrement humide caresse ses chevilles et ses mollets en délicates touches fraîches des plus exquises. Elle sent la terre vibrante remonter par ses orteils en une énergie débordante de vie qui s’épanouit partout dans son corps.
Il la fait se détourner du mur et l’entraîne dans la direction opposée, sa main dans la sienne. Elle aperçoit alors un passage dans le sol, comme l’entrée d’une grotte. Elle sait, sans qu’il ait besoin de rien dire. C’est là qu’il faut passer.étroite fenêtre dans la roche, laissant deviner un tunnel
rouleau de vague s'écrasant sur une large plage de sable finUne voix chuchote à ses oreilles. Les mots lui parviennent par intermittence, comme des vagues caressant la grève pour se retirer ensuite, revenir, repartir, revenir. Semblables à une litanie. Son souffle se stabilise naturellement sur ce rythme tranquille et l’adopte.
statues effondrées au sol, le visage dans la terreIls s’effondrent au ralenti. Leurs bouches grandes ouvertes laissent échapper un hurlement inaudible. Et lorsqu’ils se retrouvent au sol, ils disparaissent lentement. Leur absence laisse la place au vide et à la terre nue toujours grondante et frémissante.

De nouvelles citations seront bientôt ajoutées. Découvrez-les sur les réseaux sociaux et restez informés des actualités de l’auteur.

Retour à la page Univers

Je dédie ce site à tous mes lecteurs ou non-lecteurs, à tous les curieux, aux gens de passage, ainsi qu'à tous ceux qui aiment l'aventure.